Grèce : -25% des dépenses de santé à partir de 2018

GRÈCE : – 25% DES DÉPENSES DE SANTÉ À PARTIR DE 2018 !

« Le cadre de stratégie budgétaire à moyen terme 2018-2021 pour la Grèce » déposé en Mai dernier par le gouvernement grec auprès de l’UE, annonce carrément 25% de coupes sanglantes dans le financement de la santé à partir de 2018.
Plus précisément, selon ce document, le financement de la santé de 1,623 millions d’ Euros en 2017 sera réduit à 1253 millions d’ euros de 2018 à 2021. Il s’agit donc d’une réduction de 400 millions d’ Euros , soit de 25%, avec d’incalculables conséquences pour le système de santé publique et les avantages pour les citoyens.
Le cadre prévoit qu’il y ait une réduction de la limite des dépenses pour le ministère de la Santé de 617 millions. Euros qui affectera principalement négativement les possibilités qu’auront les organismes de santé pour couvrir leurs frais d’exploitation. Cette limite de dépenses est fixée pour 2018 à 3,670 mil. Euro alors que la limite correspondante pour 2017 a été de 4,287 millions d’euros. Lorsqu’on sait que presque plus de 60% des crédits sont des charges fixes (salaires du personnel, les services publics, etc.) il en résultera que ces unités de santé se retrouveront dans l’ incapacité de fonctionner, ne parvenant pas à répondre à leurs besoins matériels et en fournitures pour assurer leur rôle.
Le risque d’effondrement du système de santé publique causé par ces politiques néolibérales co-décidées par le gouvernement, l’ Union européenne et la Troïka, est visible. Nous disons cela parce que, aujourd’hui encore , les unités de santé en raison des compressions dans le financement et les crédits ne parviennent pas à répondre à leurs besoins opérationnels.
L’avenir du système de santé publique et l’assurance que les citoyens disposent des installations nécessaires par les unités de santé devraient être le souci premier du mouvement ouvrier. La nouvelle baisse du financement de la santé met de fait de nouvelles tâches dans le mouvement ouvrier et le mouvement de défense de la santé. La lutte pour renverser ces politiques, l’élimination des notes de service et des contraintes budgétaires qui viennent de l’Union européenne est désormais un objectif et doit être mis sur la table et être une demande de lutte pour embrasser tous les travailleurs et la société.  »
Le secrétariat de la Santé du Mouvement des Citoyens- Manolis Glezos

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *