Grèce le pire serait-il passé…qui pourrait encore le croire

GRÈCE, LE PIRE SERAIT IL PASSÉ… OU LES TEMPS DIFFICILES SONT ENCORE LÀ … ET POUR UN CERTAIN TEMPS !

Si Tsipras ose dire que « le pire est derrière nous… » , l’avalanche d’études, d’articles de fond, et les faits actuels tout simplement, semblent bien démonter que les difficultés pour la Grèce et son peuple sont bien là… et encore pour un bon moment .
Le sentiment de « début de sortie de crise » aura été accentué par plusieurs éléments concomitants:
– le retour sur le marché obligataire de la Grèce;
– l’engagement par les créanciers d’une nouvelle tranche de prêts de 8,5 milliards d’euros;
– la possibilité de plus d’argent via le FMI;
– une perspective de meilleur notation par les agences de notation.

Mais la situation réelle en Grèce est bien plus préoccupante.

Tout d’abord, la mise en œuvre des réformes par le gouvernement Syriza-Anel est loin d’être achevée : sur les 140 mesures demandées par les créanciers, des dizaines ne sont seulement qu’en cours et s’affrontent souvent à la colère sociale ( cf Ouvertures des magasins les dimanches par exemple…et encore plus explosif seront les nouvelles réductions des retraites ou les baisses de salaire envisagés!) ou à celle des entrepreneurs ( cf. l’émission obligatoire de reçus et l’obligation d’acquérir un terminal pour CB…). Et on estime qu’il faudra encore une centaine de nouvelles mesures, bien souvent impopulaires, avant que le programme de sauvetage en cours se termine en Août 2018!
Dans un rapport d’analyse sorti fin juillet, l’agence Bloomberg note : « Les exigences des prêteurs pour des mesures supplémentaires risquent de rendre la scène politique explosive en Grèce, comme le coût de la crise économique est insupportable pour les citoyens et les entreprises » et elle conclue par : « Le revenu moyen des ménages a diminué d’ au moins 40%, pendant la crise, le risque de pauvreté a augmenté de 35,6%, les réductions de pension sont énormes et on assiste à une hyper paupérisation » . Les experts et universitaires grecs notent aussi le retard pris dans le calendrier des privatisations gérées par le TAIPED et désormais le « Super Fund » ( cf l’ex aéroport Hellinico…). Plus subtil encore , le jeu politico-administratif qui fait qu’une loi adoptée au Parlement pour faire plaisir aux prêteurs sera détricotée voire inapplicable par l’adoption d’amendements, décrets et circulaires etc… Quand à l’évasion fiscale, le sport N°1 des grecs continue plus que jamais pour les plus fortunés … alors que vient de paraitre aujourd’hui un calendrier « calvaire », comme le nomme les médias, d’août à fin décembre , pour les versements fiscaux ( Impôts sur le revenu, sur les sociétés, foncier etc…).

Nous avons souvent repris dans nos posts les infos sur l’état des divers secteurs de la Grèce. Nous n’y reviendrons pas ici en rappelant simplement l’état catastrophique de la Santé, mais aussi de l’Education, et généralement de l’ensemble des biens publics. Ce qui parait encore plus inquiétant, c’est ce qu’en déduisent des dizaines de milliers de grecs, souvent jeunes, qui ne voient plus d’espoir dans l’avenir de ce pays et partent vivre à l’étranger provoquant de fait la plus grande diaspora que le pays ait connu depuis les années 60. Phénomène d’autant plus inquiétant qu’il ne s’agit pas ici à proprement parler d’une seule « émigration économique » mais beaucoup plus pluri-factorielle.

Pour terminer sur une note encore plus inquiétante, il faut noter aussi la bombe à retardement que constitue le vieillissement récent en Grèce. Un rapport récent au Parlement démontre que malgré tous les efforts économiques et financiers réalisés par l’État grec, le vieillissement de la population constitue à terme les germes d’un bouleversement radical dans l’équilibre social et budgétaire du pays. Le vieillissement affecte négativement les finances publiques d’un pays, le nombre de retraités augmente. Cela signifie que les dépenses sur les retraites augmentent tout en réduisant les rentrées fiscales. Si cette situation n’est pas propre à la Grèce et touche de nombreux pays de l’UE, elle prend un caractère inquiétant en Grèce. L’évolution démographique de la Grèce donne une augmentation de la population totale à près de 11 millions de grecs en 2080… accentuée par une augmentation de l’espérance de vie, mais avec une augmentation du taux de fécondité dépassant à peine les 1 %… Et on sait que le taux de dépendance des personnes âgées devrait augmenter de 33% à 67,5% ce qui se traduira par 3 personnes en âge de travailler pour 2 personnes de plus de 65ans ! On voit ainsi pour l’avenir ce qui va changer pour le ratio de dépendance défavorable des personnes âgées et donc qu’il y aura un lourd fardeau sur les finances publiques. Alourdie par un endettement excessif et en proie par le manque d’espace budgétaire pour absorber l’impact du vieillissement, le problème en Grèce sera plus aigu. Ce qui devrait avoir un effet négatif sur la croissance en Grèce. Alors , désolé de vous décevoir, chers lecteurs, mais les temps difficiles pour la Grèce sont loin d’être finis!

CK le 31 juillet 2017
PS une touche d’humour avec cette photo trouvée sur les réseaux sociaux grecs :  » elle va chercher sa pension » !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *