La Belgique a déjà touché autour de 300 millions pour son aide à la Grèce

En 2010, la Banque nationale de Belgique rachète des obligations grecques dans le cadre du programme européen SMP (Security Market Programme). La Belgique finance donc une partie de la dette grecque. Toutes les banques centrales de la zone euro et la Banque centrale européenne font de même. Une manière de venir en aide à la Grèce au bord de la faillite. En tout, l’Eurosystème rachète pour 55 milliards de titres grecs, sans préciser quelle banque nationale finance quelle partie. Les chiffres ne sont pas publics, impossible de savoir combien la Belgique achète précisément.

Toujours est-il que la Belgique détient des obligations grecques qui lui rapportent des intérêts. Eric Dor, économiste à l’Université Catholique de Lille, a fait les comptes. Selon lui la Belgique a déjà touché 328 millions d’intérêts sur les obligations grecques: « Il n’y a rien de supplémentaire que la Grèce a payé par rapport à ce qu’elle aurait dû payer de toute façon. Ses obligations, elles avaient été émises dans le passé, elles étaient détenues par des investisseurs privés, elles sont simplement changé de détenteur. Et évidemment, depuis lors, ces obligations sont toujours en portefeuille des banques centrales, dont la Banque nationale de Belgique. Et ces obligations rapportent des intérêts.« 

Solidarité européenne

La Belgique n’est évidemment pas le seul pays à toucher des intérêts. Le ministère des Finances allemand a reconnu avoir gagné 1,3 milliards d’euros grâce à ses prêts à Athènes. Toucher des intérêts lorsqu’on prête de l’argent, quoi de plus normal? Sauf qu’ici on parle de la Grèce. Alors, est-il vraiment légitime de s’enrichir sur le dos d’un pays surendetté ? Pour Bernard Bayot, économiste et directeur de l’asbl Réseau Financité, « c’est clair que cela pose d’énormes questions en termes de solidarité européenne. D’ailleurs, au départ, il était prévu que les pays européens rétrocédaient à la Grèce le montant des intérêts perçus, ce qui a d’ailleurs été réalisé en 2013 et 2014. Et dès lors que le gouvernement grec commence a renégocier, fait un référendum, il y a un véritable chantage qui a eu lieu. Le résultat, c’est qu’on ne rétrocède plus ces intérêts aux Grecs. Mais au-delà de l’éthique, de la morale ou de la solidarité, il y a simplement la question de l’efficacité. Quand une personne ou un pays est en état de surendettement, il faut lui permettre de sortir la tête de l’eau. Et si ce n’est pas le cas, on l’enfonce. Et ça, évidemment, même d’un point de vue strictement cynique, c’est complètement stupide.« 

L’Eurogroupe, les ministres des Finances de la zone euro, a malgré tout décidé de revenir à un taux zéro à l’avenir. Avec une condition : que la Grèce respecte les strictes mesures d’austérité dans les prochaines années. 

La Belgique a par ailleurs soutenu la Grèce par d’autres moyens (prêts bilatéraux, Mécanisme européen de Stabilité et Fonds européen de Stabilité Financière). Les profits de la Belgique dans ces cadres-là sont difficiles à évaluer.

https://www.rtbf.be/info/economie/detail_la-belgique-a-deja-touche-autour-de-300-millions-pour-son-aide-a-la-grece?id=9667653

 
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *