Accueil > Café des habitants > Lettre ouverte : ferme communale aux Adrets

Lettre ouverte : ferme communale aux Adrets

mardi 1er mai 2018, par gilles

Voici la lettre que j’ai reçue de Sylvain Béranger.
Projet de ferme communale, mobilisons-nous !
Bonjour,

Depuis plusieurs années, la surface agricole française ne cesse de diminuer, avec l’équivalent d’un département moyen qui disparaît tous les 8 ans, notamment au profit des espaces artificialisés. L’évolution des structures d’exploitation, qui tendent à s’agrandir, et l’augmentation du prix de la terre qui a bondi de 40% en dix ans, freinent l’installation des jeunes qui doivent souvent s’endetter lourdement. Ainsi, le constat est sévère : en France plus de 200 fermes disparaissent chaque semaine. (source terre de lien)

Le village des Adrets vit le déclin progressif des formes traditionnelles d’agriculture. Les départs en retraite entraînent un embroussaillement des parcelles et le renouvellement des générations d’agriculteurs devient une préoccupation, comme dans de nombreux territoires ruraux.
Paradoxalement, il y a de nombreux candidats non issus du milieu agricole sur le massif de Belledonne, mais le jeu de la spéculation foncière sur ce massif convoité leur permet rarement de s’installer. Sont à transmettre des terres à entretenir mais pas les bâtiments d’exploitations.
Face à ces réalités, les communes vont devoir jouer un rôle de plus en plus important dans le maintien et la gestion des surfaces agricoles et de leurs sièges d’exploitations.
En outre l’agriculture n’a pas qu’une vocation nourricière. La création de lien social et la protection de l’environnement sont aussi des finalités.
La participation citoyenne aux orientations en matière agricole contribue à la transition que l’agriculture devra opérer pour faire face aux enjeux économiques, sociaux, et environnementaux des prochaines décennies.

Nous observons aujourd’hui l’émergence de nouvelles formes d’exploitations agricoles proposant des pratiques alternatives, respectueuses de l’environnement et favorisant l’ancrage local et les circuits courts.
C’est en cela qu’un projet de ferme communale illustre le fait qu’une commune veuille rendre pérenne l’agriculture sur son territoire . Ce type de structure ouvre la possibilité d’installation hors transmission familiale permettant ainsi à des projets novateurs de voir le jour. (ce qui est rarement le cas lorsque l’ensemble des exploitations d’un territoire sont privées et que les transmissions ne se font que de génération en génération...)

Aujourd’hui une ferme est a vendre sur notre commune. L’opportunité est exceptionnelle. Aucune ferme de cette ampleur ne s’est vendue dans Belledonne depuis bien longtemps et il y a fort à parier qu’aucune autre ne se vendra dans les prochaines années.
C’est l’occasion de donner naissance à un projet de ferme communale !

Une ferme communale, qu’est ce que c’est ??
Il s’agit d’un bâtiment agricole ainsi que des terres dont la commune est propriétaire ; le tout étant loué à un ou des agriculteur(s).
Quels avantages ?
- A la cessation d’activité de l’exploitant un ou plusieurs agriculteur(s) peut(-vent) prendre la suite ou s’installer sans nécessairement avoir de capital. Cette formule évite la disparition du siège d’exploitation qui bien souvent au départ en retraite d’un agriculteur change de destination car proche de la maison d’habitation...
- A chaque transition agricole, la commune a un droit de regard sur le (ou les) candidat(s) et leurs projets. Un mode d’agriculture peut ainsi être privilégié (bio, vente directe...)

Il semblerait que Monsieur le Maire, ainsi qu’une partie du conseil se pose la question de l’adhésion des habitants pour un projet comme celui-ci.
Si vous pensez que cette opportunité est importante pour garantir une agriculture locale, permettre la pérennité de notre patrimoine rural et l’entretien de nos paysages ainsi que la possibilité de l’installation de nouveaux projets agricoles sur notre commune, c’est le moment de le faire savoir !

En effet, à l’occasion du prochain conseil municipal prévu ce lundi 30 avril, le risque est que la commune se désengage définitivement de ce projet pour lequel elle a candidaté.

Ce dossier est complexe et nécessite plus de temps.
Nous demandons votre soutien pour éviter un refus catégorique précipité de la part du conseil municipal.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document