• Citation de C. Morel Darleux

    « Tout ce qui aura été mis en place pour questionner l’utilité sociale de nos productions et leurs processus de fabrication, pour relocaliser la production, notamment alimentaire, réduire nos émissions de gaz à effet de serre et développer l’autonomie énergétique, assainir l’eau et l’air, pour apprendre la sobriété dimensionnelle, comme pour se réapproprier les savoir-faire “low-tech” ou mieux répartir les ressources : tout cela aura contribué, grande panne ou non, à dessiner les contours d’un monde plus juste, plus harmonieux, et au final plus résistant aux secousses qui ont déjà commencé ».

1er café montage/démontage

Quand :
15 décembre 2018 @ 9 h 30 min – 12 h 30 min
2018-12-15T09:30:00+01:00
2018-12-15T12:30:00+01:00

Samedi 15 décembre aura lieu le premier café montage/démontage, ouvert aux seuls membres actifs ou à ceux qui souhaitent le devenir, c’est à dire participer au projet de manière active.

Rendez-vous est donc donné à partir de 9h30 sur la friche Lahérrère dans le quartier Saragosse à Pau à tout ceux qui souhaitent nous aider à valoriser les vélos récupérés en amont : démontage pour pièces pour certains d’entre eux et remise en état pour ceux sur l’on estime pouvoir circuler à nouveau, le tout accompagné d’un petit café ou d’une eau chaude.

Attention : nous ne serons pas en mesure de faire de l’accompagnement à la réparation!

Rappel : les cafés montage/démontage sont des ateliers participatifs pour lesquels on vous demande de vous inscrire à l’avance sur un doodle afin de nous permettre de savoir combien l’on pourra être, sachant que si l’on n’est pas plus de 3, cela ne sert à rien de se mobiliser – à l’inverse, plus on est et plus ce sera efficace et sympa!

Les prochains café montage/démontage seront donc annoncés au fur et à mesure des inscriptions sur le doodle.

 

 

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.

  • Citation de C. Morel Darleux

    « Tout ce qui aura été mis en place pour questionner l’utilité sociale de nos productions et leurs processus de fabrication, pour relocaliser la production, notamment alimentaire, réduire nos émissions de gaz à effet de serre et développer l’autonomie énergétique, assainir l’eau et l’air, pour apprendre la sobriété dimensionnelle, comme pour se réapproprier les savoir-faire “low-tech” ou mieux répartir les ressources : tout cela aura contribué, grande panne ou non, à dessiner les contours d’un monde plus juste, plus harmonieux, et au final plus résistant aux secousses qui ont déjà commencé ».