• Citation de C. Morel Darleux

    « Tout ce qui aura été mis en place pour questionner l’utilité sociale de nos productions et leurs processus de fabrication, pour relocaliser la production, notamment alimentaire, réduire nos émissions de gaz à effet de serre et développer l’autonomie énergétique, assainir l’eau et l’air, pour apprendre la sobriété dimensionnelle, comme pour se réapproprier les savoir-faire “low-tech” ou mieux répartir les ressources : tout cela aura contribué, grande panne ou non, à dessiner les contours d’un monde plus juste, plus harmonieux, et au final plus résistant aux secousses qui ont déjà commencé ».

atelier vélo au collège Ste Bernadette

Quand :
21 janvier 2020 @ 17 h 15 min – 19 h 15 min
2020-01-21T17:15:00+01:00
2020-01-21T19:15:00+01:00

Le collège Ste Bernadette propose à un groupe de 6 jeunes de 12 à 16 ans une activité sur temps périscolaire destinée à constituer une flotte de vélos pour de futures animations au sein ou en dehors du collège.

Outre cet objectif final, il s’agira également de valoriser ces jeunes sur une activité manuelle et technique, de sensibiliser au réemploi et à la récupération, de développer la coopération et le travail en équipe et pourquoi pas créer des vocations!

L’atelier vélo participatif et solidaire accompagne ce projet en mettant à disposition un intervenant pédagogique et technique ainsi que son matériel.

Ce projet entre dans le cadre du programme Fasilavélo, porté par la ville de Billère et co-financé par l’ADEME, la ville de Billère et la CDAPBP, et à ce titre reçoit une aide pour sa réalisation.

 

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.

  • Citation de C. Morel Darleux

    « Tout ce qui aura été mis en place pour questionner l’utilité sociale de nos productions et leurs processus de fabrication, pour relocaliser la production, notamment alimentaire, réduire nos émissions de gaz à effet de serre et développer l’autonomie énergétique, assainir l’eau et l’air, pour apprendre la sobriété dimensionnelle, comme pour se réapproprier les savoir-faire “low-tech” ou mieux répartir les ressources : tout cela aura contribué, grande panne ou non, à dessiner les contours d’un monde plus juste, plus harmonieux, et au final plus résistant aux secousses qui ont déjà commencé ».