Fermeture complète de l’atelier vélo

En ces temps où les hôpitaux se remplissent bien au delà de leurs capacité d’accueil sans avoir non plus les moyens techniques pour pouvoir traiter efficacement et hygiéniquement les malades, où les salariés se retrouvent renvoyés ou “dispensés” (plus ou moins partiellement) de leur travail en se demandant s’ils vont être payés à la fin du mois, tandis que leurs employeurs se demandent comment ils vont faire pour les payer (heureusement que l’Etat-Providence n’a pas encore été complètement démantelé par nos gouvernements successifs, car il va néanmoins permettre d’amortir le choc), où le repli chez soi (a minima des personnes sensibles) n’est pas encore officiellement annoncé alors qu’il devient de plus en plus clairement incontournable et indispensable pour ralentir la progression du virus au plus vite,  il est indispensable de s’entraider, de se soutenir, et de rigoler un peu!

Au niveau solidarité, votre atelier vélo a décidé de devancer la future éventuelle et hautement probable annonce de confinement en fermant complètement son atelier : aucune permanence d’aucune sorte ne sera assurée sur le site de votre atelier vélo jusqu’à nouvel ordre : ni les ateliers ouverts au public, ni les ateliers réservés aux membres actifs – contrairement à ce que nous annoncions encore hier…

Et au niveau humour, voici un texte extrait des listes de discussion interne de l’Heureux-cyclage, le réseau des ateliers vélos participatifs et solidaires de France qui m’a fait beaucoup rire et que je voulais donc partager avec vous :

“Pour passer le confinement attendu dans de bonnes conditions, nous vous conseillons de reconstituer l’univers de votre atelier préféré dans votre propre maison. Ainsi n’hésitez pas à enduire de graisse, comme à l’atelier, les interrupteurs et toutes les poignées de porte de votre logis (les petits gestes et les détails sont importants!). Appuyez vos doigts emprunts de cambouis partout sur vos murs blancs (dessinez des fleurs, écrivez des slogans vélorutionnaires, exprimez-vous!). A la place de votre déco habituelle, accrochez vos outils et épinglez les plus belles affiches et posters de vélo. Ainsi vous vous sentirez en sécurité dans un cadre réconfortant et familier! A côté de la poubelle à composte, installez un grand contenant pour loger les déchets métalliques. Remontez jusque dans votre salon l’ensemble des vélos cassés que vous avez patiemment accumulé dans votre cave ou votre local à biclous. – Sans à aucun moment oublier de plier les genoux afin de ménager le dos!- Extirpez de vos placards, de dessous vos éviers, de vos greniers, toutes vos malles aux trésors… Sortez de celles-ci vos plus belles pièces. Déposez-les sur votre table à manger: vos selles élégantes, vos dérailleurs compliqués, vos moyeux fantastiques, vos sonnettes chantantes, vos guidons les plus ergonomiques, vos rayons étincelants, vos jantes rutilantes, vos câbles et gaines de “secours”…

Une fois tout ces préparatifs effectués… Il est grand temps de faire une pause (il aurait même fallu commencer par là!)… Un café? Un thé? Une tartine? Un grand plat de pâtes?

De votre fauteuil contemplez avec satisfaction votre appartement devenu “atelier de vélo participatif et solidaire”… Admirez votre force d’adaptation…  Respirez fortement, ça sent bon la graisse, le café (plus ou moins) frais et l’odeur de l’acier juste scié… – On est pas bien? – Avalez une gorgée de votre boisson brûlante préférée… L’inspiration monte à votre tête en même temps que le café descend jusqu’à votre estomac… Vous venez de ré-inventez, en une seconde, le principe du téléphérique… Vite une deuxième gorgée de café! Une deuxième invention surgira inévitablement!

Avec votre démonte pneu, sans y prêter attention, vous tartinez de confiture un quignon de pain improbablement égaré là entre une chaîne rouillée et un moyeu Sturmey-Archer… Mécaniquement, avec une vieille manivelle en acier vous commencez à écraser des amandes. Une envie irrationnelle et irrépressible de préparer du “sellou” vous tenaille. On raconte que lors des longues traversées, les caravanier-es du désert emportaient dans leurs sacoches d’importants lingots de ce met savoureux et hautement nourrissant… Est-ce qu’il n’est pas le plat réconfortant qu’apprécieraient toustes les cyclistes? Toustes les mécanos? Toustes les personnes qui endurent des moments de doutes? Est-ce que ce dessert délicieux ne serait pas plus sain qu’une barre de céréales? Mais, est-ce qu’une bicyclette serait capable de faire tourner une meule de pierre? De broyer du sésame? Des amandes? De l’argan???

Autant de questions nécessaires, indispensable, et magnifiquement inutiles, à étudier collectivement… Est-ce que les desserts sucrés ne sont le “sel de la vie”?

Pour que les choses tournent rondement, l’alimentation, la mécanique et la créativité, devraient marcher main dans la main… Indissociablement comme les jantes, les rayons et les moyeux qui séparés les uns des autres ne sont plus grand chose et doivent attendre courageusement de se retrouver…”

Bref, bous l’aurez compris : en ces temps de rempli, la créativité, la solidarité et l’humour seront peut-être les fenêtres qui vous ouvriront vers d’autres horizons!
Bon courage à toustes et merci aux rédacteureuses de ce chouette texte!
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.