Un chèque réparation utilisable dans les ateliers participatifs et solidaires !

Chèr.e adhérent.e, comme tu l’as peut-être lu dans un article de journal récemment (celui du Monde par exemple), l’Etat met en oeuvre un plan gouvernemental de 20 millions d’euros pour encourager la pratique du vélo au déconfinement.

Ce plan comprend notamment un forfait de 50 euros pour la remise en état ou l’achat en seconde main d’un vélo au sein d’un réseau référencé de réparateurs et d’ateliers, dont les ateliers vélos participatifs.

L’Heureux-Cyclage vient également de publier un communiqué sur cette question :

Un chèque réparation utilisable dans les ateliers participatifs et solidaires !

Proposition n°2 de notre plan vélo pour la sortie de confinement, la mise en place d’un chèque réparation à destinations de tou·te·s les cyclistes a été retenue par le gouvernement. D’un montant de 50€, ce chèque couvrira tous les coûts de réparation au sein d’un atelier d’auto-réparation : adhésion et pièces. Il pourra également couvrira également l’achat d’un vélo d’occasion réparé sur place. Dans tous les cas, le montant du chèque sera déduit automatiquement de la facture finale.

Les modalités pratiques d’utilisation seront annoncées très prochainement sur un site internet dédié.

 

Pourquoi faire le choix d’un atelier participatif et solidaire ?

Concilier l’impératif de déplacement avec celui de la transition écologique, c’est possible, et les ateliers d’autoréparation sont le meilleur endroit pour y arriver.
En France, sur les 30 millions de vélos qui équipent la population, 9 millions ne roulent jamais de l’année ! C’est autant de vélos d’occasion dont il faut privilégier l’usage en fin de confinement, afin de limiter notre production nationale de déchets ! En effet, chaque année en France, nous estimons le nombre de vélos jetés à 1.5 millions !

Réparer son vélo au sein d’un des 250 ateliers participatifs et solidaires c’est :

–        Soutenir une association vélo de proximité

–        Promouvoir le réemploi et l’économie circulaire

–        Découvrir le plaisir d’être autonome dans ses réparations (un·e cycliste qui sait réparer son vélo roule plus loin, et plus longtemps, c’est prouvé !)

–        Rejoindre les 110 000 français·e·s qui bénéficient déjà de l’aide et des conseils de tout un collectif dans leur pratique

Et si vous n’allez pas vous servir de votre vieux vélo, ne le jetez pas ! Déposez-le dans l’atelier le plus proche de chez vous ! Il sera remis en état et pourra servir à quelqu’un·e d’autre dans le besoin.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.